Passer au contenu →

Le thé japonais et ses couleurs

Les thés japonais se déclinent en plusieurs couleurs

Les thés japonais sont d’abord et avant tout connus pour être de couleur verte. Du vert foncé d’un Tencha à un vert plus tendre d’un Kukicha ou encore le vert peps du Matcha, on retrouve certes une riche déclinaison de la couleur verte.

OchaNokcha - Une passion pour le thé japonais - Les couleurs du thé japonais

Et pourtant, les thés japonais se déclinent également en d’autres couleurs. En effet, il existe des thés noirs et mêmes des oolongs.

Il y a différents facteurs qui interviennent dans la création des couleurs des thés japonais.

Facteurs ayant un impact la couleur du thé japonais

1. La méthode de transformation de la feuille de thé

Il y a 3 grosses méthodes de transformation qui impacteront la couleur des feuilles de thé:

  1. Absence d’oxydation de la feuille – la feuille sera verte.
  2. Semi-oxydation de la feuille – la feuille sera entre verte, bleue et brune. Le procédé d’oxydation peut ici varier entre 30% à 70%.
  3. Oxydation totale de la feuille – la feuille sera noire.

Dans la cas de l’oxydation totale, on parle souvent de fermentation. Ce qui est une erreur. La fermentation est une étape de la transformation du thé complètement différente et indépendante de l’oxydation.

Ces 3 transformations de base, avec bien sûr des variations suivant le savoir-faire du maître et du résultat final désiré, peuvent être contrôlé de manières différentes.

En effet, on a des thés torréfies, des thés étuvés, des thés poêlés …. Par exemple un Kyobancha est un thé vert torréfié et qui a pour conséquence de le rendre brun. Un Kamairicha est un thé vert poêlé et par conséquence sa couleur est vert de gris plutôt mat.

2. Les méthodes de culture de la plante

Ici le type d’agriculture et la période de cueillette peuvent avoir également un impact sur la couleur.

En effet, en fonction du type d’agriculture pratiquée, la feuille sera très verte à plus vert-brun. Une agriculture où les engrais sont abondamment employés donnera des feuilles plus vertes. Une agriculture orientée bio ou naturelle donnera un vert plus brun.

J’ai fait l’expérience de ceci lorsque j’analysais différents Matcha au Japon. Un Matcha bio est normalement plus vert-brun et pas du tout ce vert pétant que l’on retrouve habituellement!

OchaNokcha - Une passion pour le thé japonais - Les couleurs du thés japonais en poudre bio et non-bio

En discutant avec les producteurs de thé (été 2017), ils m’avaient avoué qu’il y avait eu un scandale justement sur le Matcha et son vert extra-pétant. Apparemment une marque très connue – ils n’ont pas voulu me dire le nom de la maison en question – avait manipulé leur poudre Matcha dans ce sens en y rajoutant de la spiruline.

A côté de ceci et seulement pour les thés verts, il y a deux autres facteurs qui influenceront la couleur des feuilles de thé:

  • la période de cueillette – En fonction de la période, la plante aura reçu plus ou moins de soleil. La feuille sera au stade du bouton ou au stade de feuille bien déployée. Moins de soleil vertical et chaud de l’été et la feuille sera ainsi d’un vert plus clair (et même velouté).
  • la technique d’ombrage – Les Gyokuro qui arborent un vert très sombre sont obtenus de Camellias sinensis recouverts durant 20 jours avant la cueillette. Cette méthode explique ce vert sombre.

Une couleur toujours changeante

Finalement on peut dire que le thé naît en fonction de différents facteurs. C’est un produit caméléon.

N’hésitez pas également à lire mon petit guide sur la couleur du thé.

 

Crédit photo en-tête: Photo par Clem Onojeghuo on Unsplash

Publié sous La voie du thé

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE